Une ville à choisir, un avenir à réussir
Grossir la font

Actualités

RSS

14 janvier 2015

COMMISSIONS SCOLAIRES - MIRABEL SE PRONONCE EN FAVEUR DU STATU QUO

C’est dans une salle pleine à craquer que s’est déroulée la séance publique du 12 janvier dernier à l’hôtel de ville de Mirabel alors que plus d’une centaine de citoyens se sont déplacés, pour faire part, entre autres, de leur inquiétude face à la proposition du gouvernement du Québec selon laquelle la clientèle mirabelloise relèverait désormais d’une seule et même commission scolaire, à savoir la Commission scolaire de la Seigneurie-des-Mille-Iles.

En effet, les nombreux parents réunis sur place, en grande partie desservis depuis plusieurs années par la Commission scolaire de la Rivière-du-Nord, ont expliqué ce qu’une telle décision entraînerait dans leur quotidien, pour eux et pour leurs enfants, en exposant leur réalité et en faisant valoir leur point de vue.  Les notions de proximité avec l’institution d’enseignement fréquentée, de programmes spécialisés, d’enfants en difficulté d’apprentissage et bien d’autres réalités ont alors été évoquées.

Sensibles aux arguments soumis, les membres du conseil se sont donc prononcés officiellement en faveur du statu quo, soit la desserte des populations respectives par deux commissions scolaires (de la Rivière-du-Nord et de la Seigneurie-des-Mille-Iles). « Nous avions déjà rencontré les représentants des deux commissions scolaires et nous en étions à l’étape de réflexion dans ce dossier. Devant les nombreux témoignages et commentaires formulés, lundi dernier, en assemblée publique et après avoir soupesé le pour et le contre de la proposition du gouvernement du Québec en matière de desserte par une seule et même commission scolaire et aussi en tenant compte de l’étendue du territoire mirabellois et des clientèles à desservir, nous avons opté unanimement pour le statu quo », de déclarer le maire de Mirabel, M. Jean Bouchard.

Le maire a ajouté que « Québec a, par ailleurs, déjà fait un pas de plus dans ce dossier en laissant entendre qu’il allait respecter les limites territoriales des villes concernées dans les projets de regroupement ou de réorganisation des commissions scolaires ».