Une ville à choisir, un avenir à réussir
Grossir la font

Actualités

RSS

11 mars 2014

LE CENTRE CULTUREL PATRICK-LEPAGE EST AGRANDI

La Ville de Mirabel a procédé, au cours des derniers mois, à l’agrandissement du centre culturel Patrick-Lepage, situé secteur de Saint-Canut, au coût de quelque 1 856 000 $.

« C’est afin de répondre aux besoins grandissants de la population du secteur de Saint-Canut et des organismes qui s’y trouvent que la Ville a décidé d’investir dans l’aménagement de nouveaux locaux au centre culturel Patrick-Lepage », d’indiquer le maire de Mirabel, M. Jean Bouchard.

Au total, c’est quelque 720 mètres carrés (7 730 pieds carrés) de plus dont bénéficient maintenant les citoyens de ce secteur. Concrètement, la grande salle peut désormais accueillir environ 400 personnes et dispose d’une scène d’environ 37 mètres carrés (400 pieds carrés) avec loges et espaces de rangement. Cette salle, d’une superficie de 370 mètres carrés (3 950 pieds carrés), donne accès à un grand espace cuisine, pour satisfaire, entre autres, les besoins des traiteurs, un îlot de travail, une cuisinière, un lave-vaisselle auxquels s’ajoutent deux espaces pour service avec comptoir, réfrigérateur et évier. Précisons que la nouvelle salle peut être configurée en deux espaces séparés à l’aide d’une cloison acoustique très performante.

Précisons qu’à l’ensemble viennent se greffer des locaux de service notamment un grand hall d’accueil de 970 pieds carrés (9 708 pieds carrés) dans lequel sont aménagés des toilettes, un bureau pour l’appariteur, un espace concierge et un grand vestiaire.

Mirabel, ma très chère…

Le centre culturel Patrick-Lepage s’est aussi enrichi d’une œuvre d’art qui orne un des murs de la nouvelle grande salle communautaire du bâtiment. Intitulée « Mirabel, ma très chère… », l’œuvre de Mme Lucie J. Desrosiers, une huile sur panneau, est le fruit de plusieurs mois de travail. Elle évoque la famille ; la santé par la nature ; la musique ; l’agriculture ; la lune, gardienne des humains ; l’eau (en référence à l’eau Naya) par l’illustration d’une nayade, déesse protectrice des eaux. On y évoque aussi la forêt ; les habitants de Mirabel ; les villages…

Comme l’explique Mme Desrosiers, « mon intention en créant cette murale fut de donner forme à un côté onérique, fantaisiste, voire poétique du territoire de Mirabel ». « Loin de moi l’idée de faire un constat technique ou même territorial du lieu, mais plutôt de présenter à la galerie une explication de la Ville de ceux qui l’habitent, de quelques belles réalisations… »

Bas de vignette (de gauche à droite): M. Guy Laurin, conxeiller municipal, Mme Lucie J. Desrosiers, auteure de l'oeuvre, M. Jean Bouchard, maire de Mirabel.