Une ville à choisir, un avenir à réussir
Grossir la font

Actualités

RSS

23 août 2013

LE MAIRE DE MIRABEL APPRÉCIE QUE LA CPTAQ RECONNAISSE UNE TROISIÈME FOIS QUE LES TERRAINS EN ZONE AGRICOLE BÉNÉFICIENT DE DROITS ACQUIS ET PRESSE LE GOUVERNEMENT DU QUÉBEC À AGIR

Une lecture attentive de l’avis émis par la CPTAQ le 19 juillet dernier au ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation qu’il a rendu public hier permet de constater que les terrains visés en zone agricole peuvent accueillir la gare ou encore tout autre projet car ils bénéficient de droits acquis.

La CPTAQ a fait son travail, il reste maintenant au gouvernement de décider à quel endroit il va autoriser la construction de ladite gare. « À Mirabel, nous sommes convaincus que ces terrains constituent encore le meilleur choix pour y aménager cette gare, tant au point de vue économique qu’environnementale et dans le cadre d’un développement durable. Toutefois, si le gouvernement souhaite dépenser plusieurs millions de dollars de plus pour construire la gare ailleurs sur le territoire, allant à l’encontre du site recommandé par l’Agence métropolitaine de transport (AMT), du milieu des affaires, ainsi que des professionnels du transport, c’est à lui de décider ! L’important pour Mirabel et les municipalités limitrophes c’est que le gouvernement réponde rapidement aux besoins des nombreuses personnes qui souhaitent pouvoir accéder à cette nouvelle gare pour leurs déplacements », d’indiquer le maire.

Le maire rappelle que le temps presse et qu’il devient urgent de construire cette gare. La venue prochaine d’Aérolia, du développement de la CSéries de Bombardier, de l’immense chantier de commerces, bureaux et de logements en cours militent pour offrir du transport en commun pour tous les travailleurs et résidents. Mirabel est le territoire au Québec avec l’une des plus grandes effervescences économiques en termes d’investissement et de création de nouveaux emplois. Si l’économie et le transport collectif sont de réelles priorités du gouvernement, il y a là toutes les conditions réunies pour mettre en pratique ce qu’il prône.

Entre-temps, les immenses panneaux bleus installés pour dénoncer le refus du gouvernement de construire la gare à Mirabel resteront sur place. « Ces panneaux sont un bon moyen de dénoncer la position de ce gouvernement. Il me fera plaisir de les retirer lorsque le gouvernement aura déterminé l’endroit où il autorisera la construction de cette gare », enchérit le maire.

Par ailleurs, la procédure d’expropriation pour des fins de réserves foncières demeure toujours pertinente car la CPTAQ confirme pour une troisième fois que ces terrains en zone agricole bénéficient de droits acquis tout comme les nombreux bâtiments déjà construits dans la zone agricole de ce secteur.

La Ville de Mirabel est disponible en tout temps à rencontrer le ministre des Transports du Québec dans les plus brefs délais pour concrétiser ce projet pour le mieux-être de tous les citoyens et citoyennes de la région.