Une ville à choisir, un avenir à réussir
Grossir la font

Actualités

RSS

6 mai 2019

LE MAIRE DÉTERMINÉ À FAIRE VALOIR QUE LE PROLONGEMENT DU REM JUSQU’À MIRABEL DOIT FAIRE L’OBJET D’ÉTUDES

Alors que le gouvernement vient de confirmer que CDPQ Infra initiera des études quant au prolongement du Réseau express métropolitain (REM)  jusqu’au centre de Laval, le maire de Mirabel, M. Jean Bouchard, est déçu que ne soient pas commandées du même coup les études liées à un prolongement vers la zone aéroportuaire de Mirabel.

Depuis les audiences publiques du BAPE en 2016, la Ville de Mirabel défend qu’il serait excessivement pertinent de pourvoir sa zone aéroportuaire d’une antenne du REM, par un prolongement du tracé de 15 km à partir de Deux-Montagnes. « En rencontre avec la Ville, CDPQ Infra a démontré de l’ouverture dès le départ quant à la réalisation de ce prolongement, qui offre des avantages nombreux et considérables », d’indiquer le maire. « Alors que nous multiplions les représentations, depuis, pour que les études nécessaires à la réalisation de ce projet soient menées, nous aurions évidemment souhaité que Mirabel fasse partie de ce qui a été annoncé ce matin », ajoute-t-il.

Il existe un large consensus sur la nécessité de bonifier l’offre en transport collectif pour contrer les problèmes de congestion qui minent l’économie et la qualité de vie des citoyens des Basses-Laurentides. « Une desserte à Laval, c’est bien, mais la congestion s’étend bien au nord de Laval », d’affirmer le maire. « Le site aéroportuaire est tout désigné pour accueillir une forte affluence de population générée par la croissance démographique fulgurante de Mirabel et des villes environnantes », de soutenir le maire.

La zone industrialo-aéroportuaire de Mirabel est actuellement en plein essor, alors que des entreprises d’envergure internationale de l’industrie aérospatiale, et d’autres domaines, y sont implantées. Reconnu comme un pôle d’attraction et de développement économique majeur, ce site offre d’emblée un bassin de captation important pour le REM, puisque plus de 5 200 travailleurs y sont déjà à l’œuvre au quotidien.

Il est aussi important de noter que ce prolongement pourrait certainement être réalisé à un coût inférieur à celui d’autres tronçons, puisque le corridor requis pour le prolongement appartient déjà au gouvernement et à la Ville de Mirabel.

« Ce vaste espace a tout pour être catalyseur de prospérité et offre de multiples possibilités, comme l’implantation d’une gare intermodale régionale, d’autant plus que nous nourrissons l’ambition de poursuivre l’expansion de ce parc industriel », d’indiquer le maire. « C’est assurément le Québec en entier qui a tout à gagner à ce que ce site soit développé de façon optimale, à tous les plans. C’est pourquoi nous avons la ferme intention de poursuivre nos efforts pour faire avancer ce projet, sur tous les fronts », conclut-il.

Depuis 2016, cette proposition a été appuyée par de nombreux acteurs d’importance des milieux politique, économique et environnemental. Philippe Couillard lui-même s’était engagé, avant les élections, à interpeller CDPQ Infra en faveur d’un prolongement du REM vers Mirabel. Le maire souhaite ardemment que l’actuel gouvernement reconnaisse lui aussi le grand intérêt que présente cette option.