Une ville à choisir, un avenir à réussir
Grossir la font

Actualités

RSS

12 juillet 2016

LE MANOIR DE BELLE-RIVIÈRE NE DOIT PAS ÊTRE VENDU AU PRIVÉ

Le maire de Mirabel, M. Jean Bouchard, demande aux autorités supérieures d'intervenir dans le dossier de vente du manoir de Belle-Rivière, situé secteur de Sainte-Scholastique, à Mirabel, afin que ce bâtiment patrimonial demeure entre les mains du secteur public et non du secteur privé.

Classé immeuble patrimonial depuis 1963, le manoir de Belle-Rivière a été cédé, pour la somme de 1 $, par le ministère des Travaux publics du Canada au Cégep de Saint-Jérôme, en 1988, à la condition que ce dernier l'utilise à des fins d'enseignement général et professionnel. « Il s'agit ici d'un élément important du patrimoine mirabellois construit par les Sulpiciens en 1804 », indique le maire qui souligne que ce bâtiment figure parmi les plus anciens manoirs de la région métropolitaine de Montréal et constitue ainsi « un héritage de grande valeur pour les citoyens de Mirabel ».

« Ce serait une grave erreur, selon nous, qu'on permette que ce « joyau » soit vendu à des intérêts privés alors que le contrat conclu à l'époque stipulait que l'immeuble ne pouvait être utilisé à des fins commerciales, industrielles ou résidentielles et que sa gestion, à ce jour, a toujours été confiée au secteur public », ajoute M. Bouchard.

« Nous demandons au gouvernement du Canada et au gouvernement du Québec de reconsidérer les autorisations qui auraient été données quant à la vente de cette propriété. Nous interpellons aussi, à cet effet, nos deux députés, à savoir Mme Sylvie D'Amours et M. Simon Marcil. Nous demandons également aux gouvernements supérieurs d'intervenir afin de favoriser la reprise des discussions entre la Ville et le Cégep pour que cette précieuse richesse culturelle et naturelle qu'est le manoir de Belle-Rivière demeure entre les mains du secteur public, au plus grand bénéfice de la collectivité. Nous serions même disposés à considérer une offre de la part du Cégep de Saint-Jérôme dans la mesure où cette offre est raisonnable, considérant que cette institution a acquis le manoir pour 1 $ », conclut M. Bouchard.