Une ville à choisir, un avenir à réussir
Grossir la font

Actualités

RSS

7 juillet 2016

UNE ÉTAPE DÉTERMINANTE EST FRANCHIE DANS LE DOSSIER D'IMPLANTATION D'UNE FUTURE GARE À MIRABEL

C'est au terme d'un processus échelonné sur plusieurs mois que la Ville de Mirabel s'est portée acquéreur des terrains destinés à l'implantation d'une gare, situés le long de la rue Victor, secteur de Saint-Janvier.

« L'acquisition des terrains de la rue Victor constitue une étape déterminante dans le processus d'implantation d'une gare, à Mirabel », indique le maire de Mirabel, M. Jean Bouchard. Il y a quelques semaines, M. Bouchard rencontrait des représentants de l'Agence métropolitaine de transport (AMT) pour les informer de l'acquisition récente par la Ville des terrains destinés à l'implantation de la gare. La rencontre a été plus que fructueuse, ce qui permet au maire de Mirabel de dire que le dossier est sur « la bonne voie ».

En effet, des étapes majeures sont à ce jour franchies dans l'analyse d'implantation d'une gare à Mirabel. « Dès cet automne, nous devrions être fixés sur les résultats finaux de l'étude de transport présentement en cours dans le cadre de ce projet. Une fois ce travail complété, nous amorcerons nos représentations auprès du ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l'Électrification des transports (MTMDET) pour que les sommes nécessaires à la réalisation du projet soient débloquées. Nous ferons aussi valoir que la gare pourrait être considérée comme un projet temporaire dans le cadre des mesures d'atténuation pour désengorger l'autoroute des Laurentides », déclare le maire.

Rappelons qu'au chapitre des statistiques d'achalandage, la Ville est persuadée que dès la première année de mise en service un minimum de 400 usagers fréquenteraient la nouvelle gare.

« La gare continue d'être un dossier prioritaire pour le conseil municipal. Dans sa démarche, la Ville est soucieuse de l'intérêt de ses citoyens et rejoint aussi les orientations gouvernementales qui font du transport collectif une priorité », conclut M. Bouchard.