À chacun sa solution

25 mai 2022

Les prochaines éditions du Mirabel vous informe présenteront des solutions pour remédier aux trois enjeux reliés à l’entretien de la pelouse : la santé, l’environnement et la monoculture. Il sera expliqué comment de légers changements à vos habitudes peuvent vous sauver du temps et, bien sûr, de l’argent. Aujourd’hui, découvrez la pelouse sans pesticide.

Pelouse sans pesticide

Heureusement, il existe plusieurs types de gestion de pelouse. Une pelouse sur laquelle aucun pesticide et aucun autre produit chimique ne sont utilisés est une alternative intéressante. Pour être en mesure d’entretenir votre pelouse de cette façon, avant de la poser, vous devez évaluer la qualité de votre sol. Vous devez également déterminer la quantité de sol dont vous aurez besoin, puisqu’il est le support principal de votre pelouse.

À la suite d’une construction, le sol ou le remblai laissé en place est rarement de bonne qualité. Cela est mis en évidence par le fait qu’une mince couche de terre noire est appliquée pour le recouvrir. Par la suite, afin de compenser pour la piètre qualité de ce sol, il devient nécessaire d’arroser constamment et d’appliquer régulièrement des engrais et des pesticides afin de conserver une pelouse verte pittoresque.

C’est pourquoi il est primordial d’investir dans la qualité de votre sol afin d’économiser du temps et de l’argent. La pelouse s’enracinera mieux dans un sol où l’activité microbienne est bien présente. Il est également important de choisir le type d’herbe adéquat à votre sol pour diminuer l’arrosage.

Par ailleurs, les apports importants d’engrais de synthèse et de pesticides réduisent l’action des microorganismes présents dans le sol qui décomposent normalement les débris organiques à la surface. Sans la vie microbienne, une couche qui ressemblant à du feutre se créer et empêche l’eau de s’infiltrer correctement dans le sol, jusqu’aux racines de la pelouse. Ainsi, les racines restent en surface et la pelouse ne s’implante pas dans le sol. Elle se dégrade rapidement, favorisant l’apparition d’insectes ravageurs.

L’aération et le terreautage

L’aération et le terreautage sont deux pratiques qui améliorent également la santé de la pelouse sans avoir recours à une utilisation importante d’eau et de produits chimiques. L’aération aide à la croissance des racines et le sol se renouvelle grâce au terreautage qui procure des matières organiques favorisant la vie microbienne.

Malgré tout, si vous posez une pelouse de type industriel, vous devrez lui consacrer beaucoup de temps. Il faudra la tondre fréquemment et l’arroser constamment. Vous pourriez également avoir recours à l’aide de spécialistes. Considérant toutes les exigences d’entretenir une pelouse verte, il est conseillé de choisir un type d’herbe adéquat pour les conditions météorologiques du Canada. Consultez la prochaine édition du Mirabel vous informe pour savoir quel type d’herbe est le mieux adapté à votre sol.

L'écopelouse:

Composée de trèfle et de plantes sauvages, l’écopelouse est écologique puisqu’elle requiert très peu de tonte et aucun engrais ou pesticide. Il n’y a également aucun besoin de l’arroser. Nécessitant peu d’entretien, elle permet d’économiser du temps et de l’argent. Suivez ces principes de base ÉCO pour contribuer à préserver l’environnement :

  • Évaluer les conditions de vie où la pelouse sera implantée;
  • Choisir les espèces adaptées à ces conditions;
  • Opter pour des pratiques d’entretien se rapprochant de la nature.

Il faut laisser de côté les standards du tapis vert pour se tourner vers la santé et l’environnement, en plus de privilégier la biodiversité, l’imperfection et surtout la résistance.

Pour fertiliser l’écopelouse, il suffit de laisser vos rognures, normalement entreposées dans des sacs en plastique, sur votre pelouse. Vous réduisez ainsi de 50 % le volume de déchets envoyés aux sites d’enfouissement durant la saison estivale. D’ailleurs, à Mirabel, il est interdit de mettre les rognures de pelouse dans les déchets. Toute matière organique est collectée grâce au bac brun.

Grâce aux trèfles, l’écopelouse a la capacité de fixer l’azote présent dans l’atmosphère et agit comme engrais naturel pour stimuler la croissance des graminées. L’azote donne un gazon plus dense, laissant moins de place aux insectes indésirables.

Puisque le trèfle pousse significativement moins vite que la pelouse de type industriel, il permet de réduire la fréquence à laquelle il faut tondre la pelouse. En période de sécheresse, il garde fière allure et peut croître pratiquement partout. Il est également redouté par les insectes ravageurs comme les vers blancs.

En bref, le trèfle est le signe d’une pelouse en santé et ses petites fleurs blanches décorent même le paysage.

Xéropaysage

Le xéropaysage est l’une des nombreuses alternatives aux pelouses de type industriel. Cette technique remplace le gazon par des plantes qui vont prospérer dans la réalité d’un terrain donné.

Pour faire du xéropaysage, il faut penser aux zones d’ensoleillement et d’ombre, aux pentes de votre terrain, au drainage de votre sol, etc. Il est également possible d’utiliser des couvre-sols, d’aménager des jardins d’eau de pluie, de choisir des plantes indigènes ou qui nécessitent peu d’eau ou de choisir des graminées décoratives et des arbustes.

Choisissez un aménagement paysager écologique et remplacez votre pelouse par de la pierre blanche, du paillis et des plantes tolérantes à la sécheresse. Toutes les solutions sont bonnes pour éviter les monocultures.

Actualité suivante

Préserver l’environnement en utilisant des matières résiduelles fertilisantes